Poèmes
Fables
Citations
Humour
Menu pour Enfants
Autres textes

Fermer Bandes dessinées

Fermer Blagues

Fermer Blagues 2

Fermer Blagues 3

Fermer Chansons

Fermer Discours

Fermer Lettres

Fermer Légendes des Fleurs

Fermer Mes poèmes

Fermer Policier

Mélanie Waldor - L'orpheline

Navigation parmi les articles du dossier "Mélanie Waldor" Précédent
Suivant

Auteurs classiques - Poème de Mélanie WALDOR

L'Orpheline

A Monsieur Ballanche
N'ai-je pas entendu de célestes concerts.
Des bruits harmonieux qui flottaient dans les airs ?
Charles Nodier

Au pied des saints autels j'avais prié longtemps !...
Des cierges consumés la flamme vacillante,
Errant autour de moi, jetait de temps en temps,
Comme un dernier adieu, sa clarté plus brillante ;
Puis, plus pâles ensuite ; ils n'éclairaient plus rien,
Et sur le simple autel les pieuses reliques,
          Les images gothiques,
Semblaient fuir, se couvrant d'un voile aérien.

Et mes yeux, fatigués de répandre des larmes,
A cette obscurité trouvaient alors des charmes.

J'écoutais s'affaiblir les derniers bruits du soir,
Et sur les bleus vitraux je regardais encore
Si le jour, qui fuyait, me laisserait y voir
Près de mon saint patron, la Vierge que j'adore,
Mais elle et tous les saints ne s'apercevaient plus
Et, sous un rideau noir, on eût dit que, dans l'ombre
          De cette nuit plus sombre,
Ils étaient tour à tour à jamais disparus.

Et moi, fermant alors mes paupières lassées,
Je ne me souvins plus de mes peines passées.

Mon front appesanti s'inclina sur ma main ;
Et, près de m'endormir, je vis dans un nuage
Des anges occupés à tracer un chemin
Où leurs ailes laissaient un lumineux passage !
L'un d'eux me souriait comme pour me bénir,
Puis, en me soulevant doucement de la terre,
          Semblait avec mystère,
M'avertir que ma vie allait bientôt finir.

Et je sentis alors qu'avec de blanches ailes
Je parcourais dans l'air des régions nouvelles.

Des sons mélodieux me berçaient mollement ;
Leurs accords inconnus parcouraient la surface
De cet azur que Dieu nomma le firmament,
Se taisaient, renaissaient et mouraient dans l'espace !
Une clarté nouvelle alors frappa mes yeux,
Et mon ange gardien, qui me servait de guide,
          Cessa son vol rapide :
« Où sommes-nous ? lui dis-je, » il répondit : « Aux cieux » ;

Et, la Vierge Marie, en m'appelant sa fille,
Me dit : « Approche, enfant, je te rends ta famille. »

Alors je vis ma mère : elle m'ouvrait ses bras...
Mon père souriait à ma joie enfantine ;
Des chérubins jetaient des roses sur mes pas ;
Et des voix murmuraient : « Tu n'es plus orpheline ! »
Soudain je crus sentir un baiser maternel...
Sous ce premier baiser tressaillant tout entière,
          Je rouvris la paupière...
Hélas ! j'étais encor seule au pied de l'autel...

Et, voyant le bonheur fuir sans pouvoir le suivre,
Je regardai le ciel..., et je pleurai de vivre.



Recueil "   " - Poèmes de Mélanie WALDOR - Auteurs classiques

Navigation parmi les articles du dossier "Mélanie Waldor"

Date de création : 22/05/2011 @ 21:33
Dernière modification : 27/06/2012 @ 12:31
Catégorie : Mélanie Waldor
Page lue 1322 fois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres : 21

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 5

Total visites Total visites: 1171429  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 251

Le 17/04/2020 @ 13:05


Webmaster - Infos
Moteurs de recherches



Google

PageRank Actuel

Calendrier
Sites Etoile-b

^ Haut ^