Poèmes
Fables
Citations
Humour
Menu pour Enfants
Autres textes

Fermer Bandes dessinées

Fermer Blagues

Fermer Blagues 2

Fermer Blagues 3

Fermer Chansons

Fermer Discours

Fermer Lettres

Fermer Légendes des Fleurs

Fermer Mes poèmes

Fermer Policier

Paul Verlaine - Ariettes oubliées I - C'est l'extase langoureuse

Navigation parmi les articles du dossier "Paul Verlaine - Romance sans paroles" Précédent
Suivant

Poème de Paul VERLAINE (1844 - 1896)

Ariettes oubliées - I

Le vent dans la plaine
Suspend son haleine.
(FAVART)

C'est l'extase langoureuse,
C'est la fatigue amoureuse,
C'est tous les frissons des bois
Parmi l'étreinte des brises,
C'est, vers les ramures grises,
Le choeur des petites voix.

Ô le frêle et frais murmure !
Cela gazouille et susurre,
Cela ressemble au cri doux
Que l'herbe agitée expire...
Tu dirais, sous l'eau qui vire,
Le roulis sourd des cailloux.

Cette âme qui se lamente
En cette plainte dormante,
C'est la nôtre, n'est-ce pas ?
La mienne, dis, et la tienne,
Dont s'exhale l'humble antienne
Par ce tiède soir, tout bas ?


Recueil " Romances sans paroles " 1874 - Poèmes de Paul VERLAINE | Auteurs Classiques

Navigation parmi les articles du dossier "Paul Verlaine - Romance sans paroles"

Date de création : 19/10/2007 @ 13:31
Dernière modification : 25/07/2012 @ 11:08
Catégorie : Paul Verlaine
Page lue 1237 fois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres : 21

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 16

Total visites Total visites: 1338570  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 251

Le 17/04/2020 @ 13:05


Webmaster - Infos
Moteurs de recherches



Google

PageRank Actuel

Calendrier
Sites Etoile-b

^ Haut ^