Poèmes
Fables
Citations
Humour
Menu pour Enfants
Autres textes

Fermer Bandes dessinées

Fermer Blagues

Fermer Blagues 2

Fermer Blagues 3

Fermer Chansons

Fermer Discours

Fermer Lettres

Fermer Légendes des Fleurs

Fermer Mes poèmes

Fermer Policier

Guillaume Apollinaire - Biographie

Navigation parmi les articles du dossier "Guillaume Appolinaire"
Suivant

Biographie Guillaume Apollinaire



Son Enfance


Apollinaire_par_Henri_Frick_400.jpg
Guillaume Apollinaire par Henri Frick

Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky est né à Rome le 26 août 1880, de Angelica Kostrowitzky, aristocrate polonaise, et Francesco Fulgi d'Aspremont, officier italien (qui ne reconnaît aucun de ses deux fils).

En 1887, Angelica, Wilhelm et son frère Albert (né en 1882) s’installent à Monaco. Wilhelm étudie aux lycées de Monaco, Cannes et Nice, où il s’initie aux mythes antiques et aux légendes médiévales. Il compose ses premiers poèmes en 1897, et échoue au baccalauréat.


Premiers emplois

La famille s’installe à Paris en 1899. Apollinaire travaille à la Bourse parisienne (société financière), et fréquente la bibliothèque Mazarine. En 1891, trois poèmes, signés Wilhem de Kostrowitzky sont publiés.

Engagé comme précepteur de français auprès de la fille de la vicomtesse de Milhau, il part en Allemagne, et découvre les légendes et paysages qui lui fourniront l’inspiration et le titre de ses neuf poésies «Rhénanes» (rassemblées dans le recueil Alcools en 1913). Il tombe éperdument amoureux de la jeune gouvernante anglaise, Annie Playden, mais celle-ci le repousse… ce qui lui inspira La Chanson du mal-aimé, publiée pour la première fois en 1909. Il voyage en Allemagne et en Autriche-Hongrie.


A Paris, il fréquente l’avant-garde artistique


De retour à Paris (août 1902), il publie l'Hérésiaque dans La Revue Blanche et signe pour la première fois Guillaume Apollinaire. Il est journaliste à L'Européen et employé dans une banque.

En 1903 il publie sa propre revue Le Festin d'Esope et complète la première version de L'Enchanteur pourrissant. En novembre 1903 et en mai 1904 il part à Londres pour revoir Annie Playden, mais en vain.

En 1905 il publie un numéro de la Revue Immoraliste et de Les Lettres modernes. Il fréquente les cabarets de Montmartre, Le Bateau Lavoir et Le Lapin Agile, lieux de ralliement où se retrouvent de jeunes artistes. Il rencontre Derain, Vlaminck, Max Jacob, André Salmon, Braque, Matisse et Picasso…! Il participe à l'élaboration d'une théorie artistique nouvelle, le cubisme, qui privilégie l'inspiration abstraite et géométrique au détriment de la représentation du réel.

Il entreprend la rédaction de romans érotiques, publiés sous le manteau (Les Onze Mille Verges, 1906; Les Exploits d’un jeune don Juan, 1911), édite des ouvrages libertins et des anthologies de l’Arétin, de Sade, de Nerciat et de Mirabeau.

La revue La Phalange publie Onirocritique et le noyau du Bestiaire en 1908.

A partir de 1909 il collabore en tant que critique d'art à L'Intransigeant et au Mercure de France. Il rencontre, Marie Laurencin, grâce à Picasso. Ils auront une liaison passionnée jusqu'en 1912.

Il écrit des articles critiques sur la littérature féminine et des poèmes sous le pseudonyme de Louise Lalanne. La Chanson du mal-aimé paraît le 1er mai 1909 dans Le Mercure de France.


Un artiste reconnu


En décembre 1909, son premier livre, L'Enchanteur pourrissant, illustré de gravures sur bois de Derain, paraît à cent exemplaires. Peuplé de personnages mythiques empruntés aux romans de la Table ronde (Merlin, Viviane, Morgane…), cette œuvre, dont les surréalistes feront plus tard l’éloge, est une célébration des légendes de l’Occident.

En 1910, Apollinaire publie L’Hérésiarque et Cie (recueil de seize contes merveilleux), puis, en 1911, les courts poèmes du Bestiaire ou Cortège d’Orphée, illustrés par Raoul Dufy.

Le 7 septembre 1911 Apollinaire, inculpé pour complicité de vol, est incarcéré à la Santé. Il est relâché le lendemain.

En 1912, il fonde avec Salmon, Tudesq, Dalize et Billy, la revue Les Soirées de Paris et en prend la direction à partir de 1913. Il Rompt avec Marie Laurencin et écrit Le Pont Mirabeau.

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours…

En février 1913, les futuristes italiens exposent à Paris. Le 29 juin, Apollinaire publie L'Antitradition futuriste. Il se lie d'amitié avec Picabia et fait la connaissance de Blaise Cendrars. En mai, il fait paraître un livre de critique d'art, Les Peintres cubistes.

Le recueil de ses meilleurs poèmes de 1898 à 1912, Alcools, est publié en avril 1913. Apollinaire révolutionne la poésie française par sa création en vers libre et sans ponctuation. Alcools créé une transition entre la poésie romantique et le surréalisme, en prenant source dans les anciennes légendes rhénanes et la chanson populaire.


Apollinaire « Parnassien » s’engage dans la guerre.

En 1914, Apollinaire entre dans le champs de ses amis peintres en publiant ses premiers calligrammes. Ce sont des œuvres dont la signification est notamment portée par la mise en forme « dessinée » du texte.

Il fréquente de plus en plus le « Montparnasse des peintres ». En septembre, il rencontre Louise de Coligny-Châtillon, dite Lou. Il s’engage le 6 décembre et part pour le trente-huitième régiment d'artillerie de campagne, à Nîmes. Lou l'y rejoint le lendemain. Leur liaison prend fin en mars 1915.

Apollinaire se porte volontaire pour le front en 1915. Il échange des lettres avec Madeleine Pagès, rencontrée dans un train et sa marraine de guerre, une jeune poétesse de Montpellier nommée Jeanne Burgues (qui publie sous le pseudonyme « Yves Blanc » ). Nommé Maréchal des logis le premier septembre, il combat dans les tranchées des environs de Reims. Certaines de ses lettres du front seront publiées dans Calligrammes (1918).


Blessé au front, de retour à la littérature.


Il est naturalisé français en mars 1916. Le 17, il est atteint à la tête par un éclat d'obus. Il est trépané en mai. Il publie le Poète assassiné, recueil de nouvelles et de contes à la fois mythiques et autobiographiques.

Dès sa guérison, Apollinaire se remet à l’écriture. La première de sa pièce Les Mamelles de Tirésias a lieu le 24 juin 1917. Le 26 décembre, il tient une conférence au Vieux Colombier: L'Esprit nouveau et les poètes. Il écrit un scénario de cinéma, La Bréhatine, avec André Billy.

Il rencontre Jacqueline Kolb, qu’il épouse le 2 mai 1918 à la mairie du VIIème arrondissement. Vollard et Picasso sont ses témoins.

Il collabore au Temps, au Siècle, à Paris-Midi, à L'Intransigeant, à L'Excelsior et à L'Information. En avril, les éditions du Mercure de France publient Calligrammes, dédié à la mémoire de René Dalize, mort au combat le 7 mai 1917. Il prépare deux pièces et un opéra bouffe, Casanova. Il publie quelques chroniques aux éditions de la Sirène sous le titre Le Flâneur des deux rives. Il travaille à La Femme assise.

Atteint de la grippe espagnole, il meurt le 9 novembre 1918 (à l’âge de 38 ans). Sa mère et son frère le suivent de près dans la mort en 1919.
Navigation parmi les articles du dossier "Guillaume Appolinaire"

Date de création : 21/10/2006 @ 23:37
Dernière modification : 28/06/2012 @ 22:32
Catégorie : Guillaume Apollinaire
Page lue 3176 fois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres : 21

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonymes en ligne : 5

Total visites Total visites: 1250776  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 251

Le 17/04/2020 @ 13:05


Webmaster - Infos
Moteurs de recherches



Google

PageRank Actuel

Calendrier
Sites Etoile-b

^ Haut ^